Comment la tomate est cultivée

Comment la tomate est cultivée

La tomate est une plante originaire du Pérou, cultivée au Mexique d'abord par les Mayas puis par les Aztèques. Au cours des 200 dernières années, elle est devenue l'une des cultures maraîchères les plus importantes, de nombreuses variétés ont été sélectionnées pour pousser, adaptant la plante aux climats et aux sols les plus disparates.

C'est un légume qui ne peut manquer dans aucun bon jardin potager, alors nous sommes ici pour vous donner quelques conseils sur la façon de faire pousser des tomates. Comme toujours, nous envisageons de cultiver nos légumes dans le respect de la culture biologique, c'est-à-dire sans utiliser d'insecticides chimiques de synthèse mais avec des méthodes de défense naturelles. L'objectif est d'obtenir des légumes sains et durables, nous verrons comment le faire ci-dessous.

De la tomate cerise au cœur de bœuf, de la sauce tomate classique aux tomates noires extravagantes, nous parlons d'un légume qui ne se lasse pas, grâce à ses nombreuses variétés et aux mille usages qu'il trouve en cuisine. La satisfaction de manger une tomate cueillie directement sur votre propre plant rapportera tout le travail agricole nécessaire, alors voyons comment cultiver au mieux ce légume dans un jardin biologique.

Le bon sol et le bon climat pour les tomates

Sol. Le sol idéal pour la culture des tomates est avec un ph = 6, le sol doit être assez meuble et drainant, exempt d'eau stagnante qui favoriserait les maladies des plantes. De plus, pour obtenir une bonne récolte, le sol doit être riche en nutriments et en matière organique. En fait, les tomates sont un légume assez «gourmand».

Climat. Même si des types de tomates assez résistants au froid ont été sélectionnés, il s'agit toujours d'une plante qui résiste au gel, et surtout qui nécessite une excellente exposition au soleil. Les tomates peuvent être cultivées pratiquement partout en Italie, à condition que vous ayez une parcelle ensoleillée. La plante craint également une sécheresse excessive, qui peut être limitée par le paillage et l'irrigation.

Fertilisation de la tomate

La fertilisation de la tomate est très importante pour une bonne récolte, surtout si le sol a déjà été cultivé auparavant. L'apport le plus important de matière organique est la "fertilisation de base": elle consiste à mettre l'engrais dans la phase de travail préparatoire du sol.

En tant que quantité, nous calculons 0,6 kg d'engrais organique en granulés par mètre carré, 10 fois plus s'il s'agit de fumier ou de compost mature. Étant donné le choix, il est toujours préférable d'utiliser du fumier mature plutôt que des granulés, car en ajoutant plus de substance, le sol est amendé, améliorant sa structure. Si la production est scalaire, il est possible d'intervenir pendant les travaux avec des apports de fertilisation, en intervenant également avec des produits organiques hydrosolubles comme le sang de bœuf ou la borlande (résidus de transformation de la betterave).

Comment les tomates sont semées

Semez les plants de tomates. La tomate doit être semée dans le bac à graines, entre février et mars, la graine germe en une semaine environ. Il doit être placé dans un environnement chaud: il faut environ 24 degrés pour germer. Il faut alors au moins 13 degrés pour se développer. La tomate est une plante sensible à la température plutôt qu'aux heures de lumière. Vous pouvez en apprendre plus sur le sujet en lisant les conseils d'Orto Da Coltivare sur les semis de tomates.

Sixième d'implant

Pour décider à quelle distance transplanter les plants de tomates, il faut savoir si la plante a un roulement spécifique (elle cesse de croître lorsqu'elle atteint une certaine taille, donc elle ne nécessite pas de supports) ou un roulement indéterminé (les supports doivent être préparés). Les tomates légume ont généralement une croissance indéterminée et sont faites en rangées à 70 cm d'intervalle (50 cm le long de la rangée entre une plante et une autre), c'est pratique disposer les supports horizontalement (faites deux rangées appariées, les supports se croisent en haut, là où ils se lient, de cette manière le support gagne en stabilité et une partie ne subit jamais de traumatisme aux racines. Les plantes avec un port déterminé sont repiquées en rangées espacées de 120 cm et à 70 cm ligne, la distance est plus grande car ils ont un développement horizontal.

Plantez les plants

Transplanter la tomate: à partir du semis en pépinière, il est ensuite passé dans des pots, jusqu'au stade de pré-floraison. À ce stade, vous pouvez transplanter, tant que les températures minimales sont d'au moins 10 degrés. Les fleurs ont besoin d'au moins 13 degrés pour se fixer, sinon il y a une goutte infructueuse. La transplantation dans la phase de pré-floraison, lorsque les plantes mesurent environ 30 cm de hauteur, vous permet de disposer les plants avec les fleurs face à l'extérieur du lit, de sorte que toutes les fleurs émergent de ce côté et la récolte sera très pratique.

Cultivez la tomate

Pour réussir à cultiver des plants de tomates dans le potager, il faut prendre quelques précautions: arranger les bons supports, tenir les mauvaises herbes à distance, ne pas manquer d'eau avec l'irrigation au besoin et tailler correctement les plants en enlevant la tomate et en la taillant. bonne hauteur.

Construisez les supports et attachez la tomate

Pour éviter que le plant de tomate ne se couche pendant sa croissance, ou pire, ne se brise sous le poids du fruit, il est très important de disposer des supports. Les possibilités sont nombreuses et si nous nous tournons vers différents jardins, nous pouvons découvrir de nombreux échafaudages de bricolage différents.

Pour les variétés à croissance déterminée, un simple poteau vertical enfoncé dans le sol est suffisant, mais dans de nombreux cas, il est préférable de construire des structures plus complexes.

L'important est de s'assurer que la plante se tient debout et ensoleillée dans toutes ses parties. En plus de faire les enjeux, pensez à attacher la tige de la tomate au fur et à mesure qu'elle pousse, ce qui est souvent négligé.

Taille et écaillage des tomates

Taille des pousses axillaires. Le plant de tomate produit des pousses dans l'aisselle des différentes feuilles, également appelées cacchi ou sissies. Ceux-ci doivent être coupés au plus vite près de la base (avec les feuilles ou même avec l'ongle), car ils dispersent l'énergie de la plante. Il en va de même pour les ventouses qui poussent à la base. Des femelles ou des drageons d'une certaine taille peuvent être utilisés pour reproduire la plante par bouture, de sorte que des tomates plus tardives seront obtenues. Les axillaires coupés peuvent être laissés au pied des plantes pour ne pas appauvrir le sol. Si le sol contient trop d'azote, les femelles peuvent également naître des grappes de fleurs et des nervures des feuilles.

Garniture. Il faut laisser pousser la tomate jusqu'en septembre, enfin la pousse centrale est surmontée, laissant la plante se concentrer sur la hauteur atteinte plutôt que de s'allonger davantage. Les variétés de croissance spécifiées ne doivent pas être surmontées.

Combien arroser la tomate

Il n'est pas facile de donner des informations correctes sur la quantité d'eau dont une culture a besoin, la tomate est certainement un légume qui a une bonne quantité d'eau.

Pour la culture en serre, les tomates ont besoin de 1400 litres par mètre carré, dans le potager, cela dépend naturellement du climat et du sol.

En moyenne, 600 à 900 litres suffisent, y compris ceux qui tombent comme la pluie. Pour vous faire une idée, vous pouvez considérer un millimètre de pluie = 1 litre d'eau par mètre carré. S'il ne pleut pas, il est généralement mouillé une à deux fois par semaine, abondamment mais sans le laisser stagner.

Rotation des cultures

La tomate est un légume bien fertilisé et qui laisse généralement une fertilité résiduelle qui peut être exploitée par des plantes moins exigeantes. Après la tomate, les légumineuses (comme les fèves, les pois chiches, les pois, les haricots) peuvent être cultivées même sans fertilisation de base, ou liliacées (ail ou oignon).

Adversité de la tomate

Le plant de tomate peut être la proie de certains insectes et surtout il est sujet à diverses maladies et physiopathies, c'est pourquoi l'agriculture biologique nécessite une culture minutieuse qui peut éviter les problèmes, ainsi qu'une surveillance constante qui permet des interventions rapides.

Maladies de la tomate

Si des maladies fongiques surviennent, il est bon de se rappeler que les plantes doivent être brûlées ou jetées à la poubelle et ne doivent pas être utilisées pour le compostage ou laissées sur le sol. De plus, les spores de maladies telles que la brûlure de la tomate ou le fusarium peuvent rester dans le sol et frapper à nouveau le jardin dans les années suivantes, c'est pourquoi la rotation des cultures est importante. En horticulture biologique, la prévention est essentielle: si vous créez les conditions d'un jardin sain, vous pouvez éviter de recourir aux traitements.

Mildiou. Cette maladie est reconnue par le jaunissement des feuilles, en regardant à contre-jour on peut voir différentes densités dans la feuille jaunie. La couleur vire alors au brunâtre et se transmet par plaques sur la tige et le fruit. Sur les fruits de la tomate, le mildiou se manifeste par des taches en cercles concentriques. Il frappe généralement à partir de la mi-août, en raison de l'humidité et des températures nocturnes. Pour la combattre, on utilise de la bouillie bordelaise, de l'oxychlorure de cuivre ou en tout cas des produits biologiques à base de cuivre, bien qu'une bonne prévention puisse réduire l'utilisation de fongicide.

En savoir plus sur la brûlure de la tomate. Une des pires maladies du potager, découvrons comment endiguer et vaincre ce pathogène.

Alternaria. Une autre maladie fongique qui affecte la tomate et comme le mildiou commence par un jaunissement des feuilles, puis se manifeste par des taches sombres et la pourriture des fruits. La pourriture peut être trouvée dans n'importe quelle partie du fruit, elle se distingue donc de la pourriture apicale, qui est plutôt une physiopathie. Alternaria en agriculture biologique contraste toujours avec les traitements au cuivre.

Fusarium et verticillium. La tomate fusarium provoque une mort rapide des plantes, qui se dessèchent après le flétrissement. En ouvrant la tige, les capillaires noirs peuvent être vus, signe d'infection. La plante touchée doit être éliminée rapidement, sinon la maladie se propage rapidement dans toute notre culture de tomates.

Rhizottonie ou pitium. La maladie fongique qui affecte les tomates, les carottes et le persil, agit lorsqu'il y a une humidité élevée et des températures d'au moins 20 degrés, affecte la plante au niveau du col et des racines. Pour l'éviter, il est conseillé de désinfecter le sol de semis et le sol de jardin avec du cuivre.

Bactériose. Lorsque la tomate est affectée par des bactéries, de petits points apparaissent sur les feuilles et un arrêt de croissance, le cuivre peut guérir ce problème, n'étant pas irréversible comme les maladies fongiques.

Physiopathies de la tomate

Contrairement aux maladies, les physiopathies sont des problèmes dus à des conditions environnementales anormales, la restauration de la situation correcte peut sauver la plante. Nous voyons les principaux symptômes que quelque chose dans le climat ou dans le sol ne va pas bien.

Pourriture apicale. Il se manifeste par une tache noire sur le fruit, il affecte principalement les variétés allongées et est appelé en plaisantant «l'âne noir de la tomate». La pourriture apicale est généralement due à un manque d'eau, elle peut aussi être due à une trop grande quantité d'azote ou de potassium dans le sol. C'est l'une des physiopathies les plus courantes, elle peut être explorée en lisant l'article dédié à la pourriture apicale.

Reconnaître, prévenir et résoudre la pourriture apicale. Entrons dans les causes et les remèdes du "cul noir" des tomates.

Mise en conserve de tomates. Il arrive que le fruit soit mou et flétri car le développement du placenta s'arrête. Ce phénomène s'appelle la boxe et est dû à une soudaine pénurie d'eau.

Ne tache pas. Avec des températures supérieures à 35 degrés, la production de lycopène est interrompue, de sorte que la tomate ne prend pas de couleur. La mise en conserve des fruits se produit souvent en même temps.

Déposez des fleurs. Les fleurs se dessèchent et tombent sans produire de fruits. Généralement, cela se produit pour des raisons climatiques (trop froid, trop chaud), mais cela arrive aussi en raison d'états de souffrance de la plante ou de non pollinisation des fleurs.

Fractionnement du fruit. La tomate épaissit la peau en cas de sécheresse, les fortes pluies suivantes peuvent fendre les fruits.

Des fissures. Ils sont dus à une humidité élevée de l'air et surviennent généralement à partir de la seconde quinzaine d'août. Ils se manifestent comme une toile d'araignée qui n'affecte que la partie supérieure, tandis que la partie inférieure reste saine.

Coup de soleil. Le fort soleil peut rendre la tomate blanchâtre ou brunâtre, les jours de fort soleil d'été, il est conseillé de recourir à des filets d'ombrage pour l'éviter.

Museau de chat. C'est le nom de trois taches sèches qui apparaissent sur le fruit à l'apex, en raison du manque de production d'auxines. Cela se produit si trop de feuilles sont retirées de la plante, méfiez-vous d'une taille vigoureuse.

Insectes et parasites de la tomate

Papillon de la tomate, illustration de Marina Fusari

Des punaises de lit aux pucerons, découvrons ensemble qui sont les ennemis du jardin que l'on peut trouver sur les tomates et comment les combattre sans utiliser d'insecticides toxiques, mais en restant dans des méthodes biologiques.

  • Les pucerons. Ces poux de tomate sont surtout dangereux car ils transmettent la virose aux plantes, ils se reconnaissent au premier regard lorsqu'ils font recroqueviller les feuilles. Dans le jardin biologique, vous pouvez combattre les pucerons au pyrèthre (insecticide bio) ou avec des méthodes naturelles, comme l'ail, le macérat d'ortie ou le savon de Marseille. La défense biologique contre les pucerons est principalement assurée par les coccinelles, infatigables prédateurs de ces poux.
  • Élatérides. Ce sont des vers souterrains qui attaquent les racines, leur attaque est notée en observant la décomposition inexpliquée des plantes. Sur Orto Da Coltivare, vous pouvez en savoir plus sur la façon de vous défendre contre les élateridae de manière biologique.
  • Nuit. Les larves de ces papillons de nuit sortent du sol la nuit et mangent la partie aérienne des plantes, elles peuvent se battre avec le bacillus thuringensis, pour en savoir plus vous pouvez lire la défense contre les nocturnes.
  • Tuta absoluta ou teigne de la tomate.
  • Doryphore. Ce coléoptère s'attaque aux plantes solanacées, bien que l'on le retrouve plus souvent sur les pommes de terre et les aubergines, trouver des conseils pour défendre le jardin du doryphore.
  • Mouche blanche. Insecte semblable aux pucerons en action, vous pouvez lire l'article dédié à l'aleurode.
  • Punaises. Ces insectes gâtent les fruits des tomates en les piquant, il est donc conseillé de prendre les contre-mesures nécessaires, toujours dans le cadre d'une défense biologique et naturelle. Pour intervenir avec des insecticides biologiques il est utile de trouver le nid, d'approfondir en lisant les remèdes contre les punaises de lit
  • Limaces et escargots. Ces gastéropodes mangent la partie aérienne de la plante, vous pouvez lire comment se défendre contre les escargots avec des méthodes naturelles.
  • Souris et campagnols. Si vous avez des problèmes de rongeurs sur le terrain, vous pouvez en savoir plus sur les méthodes pour éliminer les souris du jardin.

Les variétés de tomates

La tomate est un légume pour lequel de nombreuses variétés ont été sélectionnées, les formes du fruit peuvent être différentes (par exemple en forme de poire, allongée, ronde, cerise) et la couleur de la peau (du jaune au rouge, avec des stries de noir ou de vert ), mais surtout on distingue les différentes variétés de tomates en fonction du type de croissance de la plante. Nous avons donc des tomates un croissance déterminée (cesse de grandir) ou indéterminé (continue de croître et doit donc être surmontée).

Généralement, les plantes au développement déterminé sont des tomates destinées à l'industrie, tandis que celles destinées à la consommation fraîche et donc du potager ont une croissance indéterminée, également parce qu'elles mûrissent par étapes et sont donc meilleures pour couvrir les besoins de consommation du jardin familial, dans lequel le l'objectif est d'apporter des légumes frais à la table.

Il existe de nombreuses variétés de tomates célèbres, généralement les tomates en sauce se distinguent de celles de table, des tomates cerises au pachino. Les bonnes qualités des tomates de table sont par exemple la marmande, le cœur de bœuf et le carmelo.

Pour vous aider à choisir les variétés de tomates à semer dans votre jardin, j'ai écrit un article qui décrit quelques variétés de tomates intéressantes et recommandées. Si vous ne savez pas quel type de tomate planter, vous pouvez y jeter un œil.

Conserver les graines de tomates d'une année sur l'autre peut être une bonne idée: cela permet de conserver une variété et d'éviter d'avoir à acheter des tomates à chaque saison. L'important est de commencer avec des tomates non hybrides, plus de détails peuvent être trouvés dans l'article sur la conservation des graines de tomates.

Autres lectures intéressantes:

Matteo Cereda2020-10-10T22: 43: 36 + 02: 00
  1. Michele Margiotta24 juillet 2015 à 9:11

    J'ai un jardin familial et j'ai des problèmes avec les tomates. Le sol est argileux et travaillé, les feuilles se dessèchent et les plantes quittent les axillaires. Cette méthode est efficace et porte ses fruits. Merci pour votre réponse.

    • horticulteur29 juillet 2015 à 14:49

      Salut Michele. Désolé, la question m'échappe un peu ...
      Les feuilles qui sèchent peuvent sécher pour diverses raisons, l'une étant bien sûr la sécheresse ou trop de soleil (peut-être qu'un filet anti-grêle les ombrera un peu et les protégera, au cas où). Il existe également des maladies fongiques redoutées.
      Lors de la taille des tomates, les axillaires ou les femminielli doivent être supprimés, la méthode fonctionne même si la taille des tomates est débattue, il y a ceux qui nettoient beaucoup et ceux qui laissent les plantes plus sauvages.

  2. ange mennonna31 août 2015 à 14:50

    Bjr excellent enseignement, je suis intéressé à avoir des informations pour chaque culture de légumes grâce ange

    • horticulteur31 août 2015 à 15:10

      Merci pour les compliments Angelo, si vous souhaitez rester en contact, nous chercher sur facebook ou vous abonner à la newsletter, nous espérons que nos conseils sur la réalisation d'un potager vous seront utiles.

  3. Antonio6 janvier 2016 à 19:14

    bonjour à tous je voudrais m'abonner à la newsletter .. merci

    • horticulteur8 janvier 2016 à 8:58

      salut Antonio, bienvenue dans notre communauté. Pour ceux qui souhaitent s'abonner à la newsletter, vous pouvez le faire sur cette page.

  4. Bollaro Salvatore28 février 2016 à 19:20

    Compliments de conseils très utiles Je resterai souvent en contact avec vos commentaires

  5. Maximilien29 avril 2016 à 14:20

    Je cultive généralement des tomates à croissance indéterminée, mais l'année prochaine, j'en ai planté certaines avec une croissance déterminée. Je voulais savoir s'il est également utile pour ces derniers de supprimer la chasse axillaire ou s'il vaut mieux les garder, merci!

    • horticulteur30 avril 2016 à 9:34

      À mon avis, il vaut mieux toujours tailler les tomates, ce sont des pièces improductives et utilisent de l'énergie qui pourrait être mieux dépensée pour développer le reste de la plante. Mais gardez à l'esprit qu'il existe différentes théories, je recommande toujours d'essayer d'autres méthodes de culture sur certaines plantes pour élargir votre regard, apprendre et vous faire votre propre idée.

  6. Max4 mai 2016 à 15:03

    Merci, très détaillé!
    Je souhaite m'inscrire à la newsletter

    • horticulteur6 mai 2016 à 14:59

      signé! :-)

  7. ivo20 mai 2016 à 9:53

    J'ai planté des tomates et mis une cuillerée de bouillie bordelaise sur les racines et recouvertes de terre. J'ai bien fait?

    • horticulteur22 mai 2016 à 8:10

      Cela a peut-être été une bonne idée d'éviter les maladies fongiques. Cependant, sachez qu'avec la croissance des racines évidemment les nouvelles parties qui se développent ne seront pas couvertes, il est donc plus important de travailler correctement le sol car il est bien drainé que tous les traitements possibles.

  8. Giuseppe Grave1 juillet 2016 à 21:24

    Je cultive des tomates dans un petit espace d'environ 8 mètres carrés. Compte tenu de l'espace limité disponible, j'ai choisi des plantes indéterminées dont l'épandage en hauteur permet une bonne production. Je vis dans la partie sud de l'état du New Jersey. Cette année les plantes ont un excellent développement; il y a des fruits et une myriade de fleurs. Malheureusement, j'ai remarqué que dans de nombreuses plantes, les feuilles de la partie supérieure se sont légèrement recroquevillées tout en restant vertes. Il n'y a aucun signe de parasites. J'arrose presque tous les 3 jours pendant environ une demi-heure, toujours le soir ou tôt le matin.
    J'aimerais savoir s'il existe des remèdes pour éviter l'expansion du curling.
    Merci: Giuseppe

    • horticulteur2 juillet 2016 à 8:41

      Je ne sais pas quel est le climat dans le New Jersey mais je dirais que l'irrigation pourrait être correcte. Si ce ne sont pas des parasites et qu'il n'y a pas de nécrose ou de taches sur les feuilles, c'est la chaleur. L'eau que vous utilisez provient-elle du robinet? Une différence de température entre le climat et l'eau peut causer des problèmes à la plante.

      • marchand de légumes20 juin 2017 à 15:56

        ne vaporisez jamais les feuilles, l'eau du robinet est généralement riche en calcaire, car elles ont tendance à se recroqueviller, arrosez uniquement à la base

  9. Giuseppe Grave1 juillet 2016 à 21:26

    Excellent article. Presque une mini encyclopédie qui peut intéresser à la fois les amateurs et les vrais cultivateurs

    • Joseph Grave '15 juillet 2016 à 1:24

      Je suis de nouveau avec toi. Depuis quelques jours, sur certains plants de tomates, les feuilles jaunissent. Qui dit qu'il manque de potassium, qui dit azote ou magnésium. Quelle peut être la solution? Les fruits ne sont pas mûrs et ne présentent aucune anomalie.

      • horticulteur15 juillet 2016 à 21:43

        Malheureusement, il est difficile de dire sans connaître les conditions. Comment arrosez-vous? Un excès d'eau peut également provoquer des maladies des plantes. Faites particulièrement attention à ne pas irriguer pendant les heures les plus chaudes et les plus ensoleillées de la journée.

        • Giuseppe Grave17 juillet 2016 à 11:49

          Merci pour les suggestions. Malheureusement, je ne trouve pas d'explication logique et je vais vous expliquer: j'ai préparé un petit lit de semence, gardé à la maison près d'une fenêtre en utilisant 3 types de graines différents: San marzano et Big mama (un peu plus grand s.marzano) d'une entreprise Américain tandis que le troisième type appelé poire rouge qui donne de gros fruits jusqu'à 500 grammes, d'une entreprise qui importe des graines d'Italie.
          Une fois les semis transplantés, je faisais presque une irrigation goutte à goutte 3 fois par semaine pendant une demi-heure, toujours le soir ou tôt le matin. Jusqu'à ce que les plantes poussent avec une excellente végétation et une abondance de fleurs et de fruits (même s'ils sont encore petits), rien ne se passe; puis il y a quelques semaines, le type de poire rouge a commencé à jaunir les feuilles. Je n'ai pas utilisé d'engrais chimiques; seul compost mis à disposition par le centre de recyclage de la ville. Si les conditions du sol sont les mêmes pour les trois types de tomates, pourquoi les feuilles ne jaunissent-elles que pour la qualité poire rouge? Cela pourrait-il dépendre de la capacité différente de résister aux agents nocifs? J'ajouterais que dans cette période le climat est complètement estival avec des températures qui fluctuent pendant la journée d'un minimum de 26 degrés à un maximum de 34; puis au cours des 3 derniers jours, il y a eu des précipitations assez régulières.
          En attendant une réponse, je profite de l'occasion pour remercier "agriculteur" et tout le personnel des collaborateurs. Bon dimanche: Joseph

          • horticulteur18 juillet 2016 à 7:56

            Salut Giuseppe, honnêtement, je ne sais même pas comment vous donner une explication. S'il n'y a qu'une seule plante, celle des poires rouges peut arriver par hasard, ou peut-être en raison du travail du sol sous cette plante, il y a plus de stagnation de l'eau. Si c'est sur toutes les plantes de la variété, il peut en fait s'agir d'une variété moins rustique.

  10. têtard13 octobre 2016 à 6:29

    Félicitations, plein de conseils et de commentaires.

  11. Marietta24 octobre 2016 à 16:56

    bonjour, commentaires intéressants et vos réponses, j'ai un potager depuis cette année (le mien est une terre riche en argile et peu exploitée) et j'ai fait plusieurs tentatives j'aimerais savoir ce qui poussait le mieux et les tomates étaient super! maintenant xò nn Je sais quoi faire des plantes qui sèchent et qui ne produisent plus rien, pouvez-vous me dire?
    Merci Marietta

    • Matteo Cereda25 octobre 2016 à 13:07

      Salut Marietta, maintenant nous sommes fin octobre, il est normal que les tomates cessent de produire, les plants doivent être enlevés. C'est en fait une culture annuelle. Au lieu de tomates, vous pouvez mettre, par exemple, des fèves ou de l'ail. Bonne culture!

  12. Alexandre13 décembre 2016 à 7:57

    Salut à tous, en parcourant je vous ai découvert et suis-je content? que je me suis inscrit. Alexandre.

    • Matteo Cereda15 décembre 2016 à 8:10

      Oui, vous vous êtes inscrit. Je confirme et accueille Alessandro!

  13. Stefania20 mars 2017 à 20:45

    Le sol doit-il être préparé le plus tôt possible avant la transplantation? J'habite en Romagne près de la mer, quel est le meilleur moment? Je pensais à la mi-avril. Merci et félicitations

    • Matteo Cereda21 mars 2017 à 7:24

      Vous pouvez également le préparer au moment du semis, mais je recommande de le creuser un mois avant (maintenant) et de le travailler à nouveau avant de semer (ou de transplanter le plant). Une salutation!

  14. Joseph Grave '26 mars 2017 à 11:44

    Cher Matteo, la nouvelle saison commence et je veux "saisir" vos conseils à temps.
    Il y a quelques jours, si le temps le permet, j'ai commencé à tourner la terre pour enlever au moins une partie des racines capillaires des grands arbres qui sont à 4-5 mètres de la zone cultivée. Impossible d'en faire un bon balayage, mais je crois que ceux qui restent aident à la perméabilité du sol (erreur?). Étant donné que j'utiliserai à nouveau le compost que je vous ai déjà écrit à une autre occasion, il serait souhaitable d'enrichir le sol avec un engrais minéral composé
    type 10-10-10 à répartir le long de la bande cultivable ou quoi utiliser?
    Merci pour votre disponibilité toujours courtoise "Je vous souhaite une bonne fin dimanche"

    • Matteo Cereda27 mars 2017 à 7:36

      Bonjour Joseph. La présence de quelques racines n'est pas une grande nuisance mais attention à ce que les arbres n'ombragent pas les tomates qui demandent un beau soleil. En particulier, si les arbres sont au sud des cultures, cela peut être un problème. En termes de fertilisation, le compost est bon, le fumier mûr serait meilleur et l'humus de vers de terre encore meilleur. Par choix, je fais un jardin biologique et n'utilise que des engrais organiques, évitant les pesticides et les engrais chimiques.

  15. Luciano2 avril 2017 à 6:35

    Bonjour et félicitations, je voulais vous demander ce qui aurait pu arriver à mes plants de tomates.
    Les plants (en serre) mesuraient déjà 7/8 cm de haut quand les uns après les autres éclaircis dans une partie de la tige ou à la racine, ils se courbaient naturellement et mouraient donc. Où est-ce que je me suis trompé?

    • Matteo Cereda3 avril 2017 à 10:11

      Salut Luciano, il est toujours très difficile de comprendre les maladies des plantes à distance. Les racines sont-elles mangées? Essayez de vérifier. Vous comprenez également s'ils ont pris du gel peut-être le soir et s'il y a des acariens sous les feuilles.

  16. Antonio3 avril 2017 à 14:42

    Beaucoup d'informations très intéressantes, je serais intéressé à participer. J'ai un petit potager où je cultive: des tomates, des courgettes, du persil, des concombres, diverses herbes pour la cuisine, une branche de vigne, un olivier qui ne porte pas de fruits, des groseilles et des myrtilles. Un peu de tout'. Il y a beaucoup d'informations nécessaires.

    • Matteo Cereda3 avril 2017 à 14:48

      Bienvenue Antonio, nous espérons que le site vous sera alors utile!

  17. Joseph Grave '5 avril 2017 à 11:15

    Cher Matteo, complimenter vos suggestions et vos conseils est le moins que l'on puisse faire.
    C'est pourquoi, comme beaucoup d'autres adeptes de l'agriculture locale, je profite de votre disponibilité pour vous demander des informations sur l'utilisation de la bouillie bordelaise aussi bien en phase de pré-culture que de culture, lorsque les plants de tomates sont déjà bien adultes.
    De plus, comme je n'ai jamais utilisé d'engrais chimiques, soupçonnant que le compost que j'utilise n'est pas assez mature, j'ai pensé à le mélanger avec du fumier de vache qui se trouve ici dans les magasins de jardinage prêt à l'emploi en le distribuant sur le terrain à cultiver deux- trois semaines avant la greffe. Bonjour et merci encore.

    • Matteo Cereda6 avril 2017 à 7:34

      Bonjour Joseph. Si le compost n'est pas mûr, ne l'utilisez pas, vous endommagerez les plantes (même si vous le mélangez). Peut-être que je vous suggère d'utiliser des vers de terre pour accélérer et améliorer le compostage. Si par fumier de vache vous entendez du fumier granulé, c'est un engrais qui peut être bien, même si à mon avis il est toujours préférable d'utiliser plus de matière organique, ce qui permet un meilleur effet correcteur (donc compost, fumier ou humus). Pour la bouillie bordelaise, elle est utilisée comme préventif de la peronospera, elle doit être donnée sur les parties vertes de la plante. Si vous rencontrez une infection de certaines parties de la plante, vous pouvez essayer de la contenir en enlevant les parties touchées et en traitant les autres avec de la bouillie. Lorsque la floraison commence, le traitement doit être suspendu.

  18. Luca20 avril 2017 à 13:13

    Bonjour à tous, cette année j'ai reconstruit le jardin après quelques années, et pour les tomates j'essaye les tubes en spirale ... espérons le meilleur!

  19. Dalila26 avril 2017 à 3:28

    Bonjour; salut
    Cette année aussi, j'ai transplanté des plants pour greffer des tomates de vigne. Après deux jours, la température a chuté. J'avais couvert les plantes non-tissées et j'ai pensé que j'avais bien fait. J'ai redécouvert les plantes car la température est maintenant favorable, mais je vois les plantes aux branches un peu basses ... je dis un peu déprimées. Je les arrose régulièrement tous les 2/3 jours et pas directement sur la plante. Quelques conseils?

    • Matteo Cereda26 avril 2017 à 7:22

      La chose la plus probable est une physiopathie due au froid, peut-être que la baisse de température était telle qu'elle dépassait même le non-tissé. Dans ce cas, les plantes récupèrent d'elles-mêmes, si elles ont pris froid alors qu'elles étaient petites, dès qu'elles ont été transplantées, elles pourraient encore être marquées.

  20. Joseph Grave '27 avril 2017 à 11:33

    Bonjour, Matteo:
    Je suis Giuseppe, maintenant votre lecteur régulier et "perturbateur"; Je plaisante, car je sais que vos conseils sont mieux utilisés par des centaines de connaisseurs et de jardiniers, souvent des amateurs comme moi.
    Il y a une semaine, j'ai transplanté une dizaine de plants de tomates, que j'ai cultivés en intérieur en profitant d'une fenêtre très ensoleillée. Malheureusement, le temps s'est aggravé avec des précipitations abondantes qui m'ont empêché de protéger les jeunes plants. Apparemment, ils n'ont subi aucun dommage, mais la pluie a été abondante et je voudrais utiliser la bouillie bordelaise en prévention. Quel est votre conseil à cet égard? Merci et bonne chance: Giuseppe.

    • Matteo Cereda27 avril 2017 à 12:11

      Salut Giuseppe, pas de problème, en effet c'est un plaisir de répondre du peu que je peux. La bouillie bordelaise, comme vous le savez déjà, est un fongicide autorisé en agriculture biologique, elle peut être utile pour prévenir les maladies et il est correct de l'utiliser sur les plants de tomates (tant qu'ils ne sont pas en fleurs). Même si autorisé en bio j'ai tendance à ne pas utiliser de bouillie bordelaise, le cuivre a toujours sa propre toxicité, c'est une invitation à ne pas en abuser. Dans votre cas Giuseppe, s'il y a beaucoup de pluie, le traitement peut être utile, à effectuer par pulvérisation, bien couvrant. Cela dure environ dix ou quinze jours. Vale la pena farlo in particolare se oltre all’umidità dovuta alle piogge le temperature si alzano, creando le condizioni ideali per il proliferare delle malattie del pomodoro, se invece resta freddo secondo me puoi evitare il trattamento.

  21. Giuseppe Grave'27 Aprile 2017 al 20:35

    Buona notte Matteo. Grazie delle indicazioni di cui cerchero’ di fare tesoro. Per darti un’idea della situazione cerco di spiegarla. Ieri la temperatura e’ stata di 26 gradi nelle ore di punta, oggi il termometro segna 27 gradi centigradi e per i prossimi 10 giorni, a parte la notte che tocchera’ il minimo di 14 gradi, per le ore diurne e’ prevista una media di 28 gradi. L’umidita’ ieri era al 100%; oggi all’86 e per i prossimi 10 giorni la media sara’ sul 65-70%.
    Ho preparato la poltiglia bordolese mescolando, dopo averli sciolti separatamente, 10 grammi di solfato di rame ed 8 grammi di idrossido di calcio per ogni litro di acqua.
    Stasera daro’ una prima spruzzata; prima di eseguire un secondo trattamento aspettero’ la sua opinione. Vorrei sapere se la poltiglia bordolese la posso usare anche per le piantine di melanzane e se il prodotto che resta puo’ essere conservato e per quanto tempo.
    Ti auguro una buona notte in braccio a Morfeo: Giuseppe

    • Matteo Cereda28 Aprile 2017 al 6:47

      Ciao Giuseppe, buongiorno! Mi pare che sia corretto l’uso di precauzioni. La poltiglia bordolese la puoi usare anche sulle melanzane. Purtroppo quello che diluisci dovresti usarlo in giornata, non si conserva una volta miscelato.

  22. Giuseppe Grave'28 Aprile 2017 al 20:01

    Buona sera Matteo. Avendo dei dubbi sulla possibilita’ di conservare la poltiglia gia’ preparata, ho seguito il mio istinto ed ho preparato in due contenitori di plastica diversi il solfato di rame e l’idrossido di calcio; mescolero’ un poco alla volta i due componenti quando dovro’ usarlo. Ieri ho dimenticato di riferirti un fatto che mi e’ capitato l’anno scorso con il basilico. In famiglia piace il pesto e percio’, ogni anno, basilico ne coltivo parecchio. Il fatto e’ che pur avendo una crescita meravigliosa mi accorsi che la pagina inferiore della foglia, normalmente non esposta al sole, era coperta da un sottilissimo strato grigio che non si toglieva neppure lavato per cui gettai tutto nella spazzatura.
    Gradirei sapere se l’uso della poltiglia e’ consigliabile anche per il basilico o, inalternativa cosa usare per prevenire eventuali infestazioni. Da ricerche fatte tra gli amici sembra che il fenomeno sia stato globale.
    Grazie, come sempre, dei tuoi preziosi consigli.

    • Matteo Cereda1 Maggio 2017 al 0:36

      Ciao Giuseppe, nel caso del basilico si consumano tutte le foglie, quindi io eviterei qualsiasi trattamento (sono piuttosto rigoroso in questo). Per evitare problemi (che immagino siano di muffe) non piantare dove hai già coltivato e lavora bene il terreno perché sia drenante, se poi si ammala qualche pianta purtroppo fa parte del gioco.

  23. donato27 Maggio 2017 al 16:12

    Ciao vorrei conoscere il tuo parere, sul spruzzare il verderame, cosi si chiama da queste parti, sulle piante di pomodoro,: quante volte? e se si può usare anche se ci sono pomodori e fiori. Grazie donato da Torino.

    • Matteo Cereda30 Maggio 2017 al 20:56

      Ciao Donato, il verde rame è un fungicida consentito in agricoltura biologica, utile soprattutto come prevenzione. Personalmente preferisco evitare di usarlo, io combatto le malattie delle piante con una buona preparazione del terreno e con preparati naturali come il decotto di equiseto. Comunque nulla di male a usare il rame, si adopera sul pomodoro soprattutto in primavera. Durante la fioritura invece bisogna evitare di certo.

  24. Mario Battaglia19 Giugno 2017 al 17:48

    Salve sono Mario da Ferrara. Nel mio orto pianto a rotazione pomodori e altro, ma è un paio di anni che noto la produzione di pomodori calare perché mi si seccano i fiori nuovi in seconda o terza legatura. Come mai? Non ho notato malattie in corso le piante sono belle verdi e molto rigogliose. Grazie per l’eventuale risposta

    • Matteo Cereda20 Giugno 2017 al 10:09

      Ciao Mario. Può essere un problema di umidità che genera botrite (malattia della pianta) ma se il problema è ricorrente più facilmente è una carenza del terreno. Manca qualche microelemento tipo il calcio o forse c’è un eccesso di fosforo. Prova a concimare bene con humus di lombrico.

  25. Demetrio24 Luglio 2017 al 14:29

    Grazie!!!

  26. maria30 Luglio 2017 al 16:43

    Buona sera,
    sto cercando di raccogliere più informazioni possibili sulla coltura del pomodoro e mi siete stati molto utili, perciò vi ringrazio.
    Premetto che sono arrivata a questa coltura per puro caso: una piantina è nata spontaneamente tra i miei fiori e cresceva così robusta e così rapidamente che ho deciso di provare a coltivarla. A maggio l’ho trasferita in un bel vaso, ho concimato con stallatico e in un tempo brevissimo la pianta è diventata alta, è fiorita e ha fruttificato. Adesso è alta circa 150 centimetri e ha otto grappoli di varia grandezza.
    A giugno ho riconcimato, dopo aver cimato ed eseguito la sfemminellatura. Adesso aspetto la maturazione. Vorrei approfittare della vostra esperienza per porre due quesiti:
    1 – Devo effettuare altre concimazioni su questa pianta? Ho usato concime per agricoltura biologica (azoto, potassio, fosforo).
    2 – Siccome sono nate tante piantine di piccadilly, alcune già alte e robuste, quando posso trapiantarle?
    Vi ringrazio dell’attenzione e mi scuso se le domande sono banali.
    Maria

    • Matteo Cereda31 Luglio 2017 al 9:44

      Ciao Maria, a livello di concimazione se hai preparato il terreno per bene all’inizio non serve concimare ancora, ma ogni terra è una storia a parte, non so consigliarti su questo a distanza. Le piantine se sono sviluppate puoi trapiantarle, ormai siamo in agosto.

      • maria31 Luglio 2017 al 16:40

        Grazie!
        Continuerò a leggervi per imparare di più.
        Buona serata
        Maria

  27. mattia9 Agosto 2017 al 7:47

    ciao
    dopo aver piantato pomodori di vario tipo ho ottenuto una discreta produzione poi dalla seconda metà di luglio ad ora le piante hanno smesso di produrre soprattutto la varietà dei ciliegini, non vedo più fiori sulle piante. Ho periodicamente eliminato i germogli ascellari e concimato il terreno secondo le indicazioni standard. Mi sapete dire quale può essere il problema, forse ho cimato le piante troppo in anticipo? Verso la metà di luglio, avevano comunque raggiunto un’altezza di circa un metro e ottanta.
    Inoltre volevo sapere come ovviare al problema di un terreno argilloso.
    Merci.

    • Matteo Cereda9 Agosto 2017 al 20:47

      Ciao Mattia, purtroppo non ho modo di capire a distanza come mai le piante hanno smesso di fiorire. I fattori possibili sono miriadi e io non conosco i dettagli della tua coltivazione. Visto il periodo (pieno mese di agosto) posso ipotizzare temperature particolari o irrigazioni errate, ti consiglio se fa troppo caldo di predisporre reti ombreggianti, di evitare di dare l’acqua durante le ore diurne, di non bagnare le foglie ma irrigare la base delle piante. Per il terreno argilloso consiglio molte lavorazioni, concimazione con humus o letame maturo e se è comunque molto pesante si può valutare se mischiare sabbia per renderlo più sciolto e drenante.

  28. Diego15 Gennaio 2018 al 12:03

    Grazie per le informazioni sempre preziose. Per il trapianto di pomodori, melanzane, peperoni, insalate,… Non vorrei sbagliare periodo, dato che sono alle primissime esperienze, quindi il periodo ideale secondo i vostri consigli è la seconda metà di maggio? Dato che mi trovo in Abruzzo a L’Aquila. Grazie per la disponibilità.

    • Matteo Cereda15 Gennaio 2018 al 15:24

      Ciao Diego. Il periodo di trapianto dipende dal tuo clima. Per peperoni, melanzane e pomodori bisogna fare attenzione che le temperature siano stabili, anche di notte non dovrebbero andare sotto ai 15 gradi. Di solito per questo si aspetta maggio, ma dal mio orto in Brianza al tuo in centro Italia può darsi che cambi di qualche settimana. Le insalate invece tollerano meglio il freddo, penso tu possa metterle in campo già a metà marzo.

      • Diego15 Gennaio 2018 al 16:39

        Grazie per i suggerimenti.

  29. claudio boaro4 Febbraio 2018 al 10:14

    Ottime spiegazioni, dettagliate ed esaurienti. Merci.

  30. GERARDO19 Aprile 2018 al 10:01

    Ho poco spazio in giardino e vorrei chiedere se il sistema di usare le bottiglie da due litri (tagliate alla base, inserita la piantina attraverso il tappo e riempite con un buon ammendante, a testa in giù, hanno un riscontro per avere una soluzione ottimale in questo tipo di coltivazione e se si con quali piante di pomodoro azzardare. Grazie per il riscontro.

    • Matteo Cereda19 Aprile 2018 al 11:32

      Buongiorno Gerardo, non mi è chiarissima la dinamica di quello che vuoi fare. Se vuoi coltivare una pianta di pomodoro in una bottiglia ti consiglio di lasciar perdere. Il pomodoro ha bisogno di spazio e serve un vaso di grandi dimensioni. Nella bottiglia puoi far nascere la piantina per poi trapiantarla nell’orto. Le dimensioni di una bottiglia da due litri possono essere adatte a coltivare un’insalata o una piantina di fragole, colture meno esigenti in termini di terreno.

  31. Andrea24 Maggio 2018 al 14:56

    Bonjour,

    relativamente alla coltivazione di pomodori (ho piante innestate di datterini, ciliegia e cuore di bue), volevo sapere quanti rami principali conviene lasciare. Anche per le ramificazioni secondarie volevo sapere quante conviene lasciarne.

    Grazie in anticipo.
    Andrea

    • Matteo Cereda24 Maggio 2018 al 16:49

      Ciao Andrea, io lascio tutto al pomodoro, togliendo solo le femminelle, come trovi spiegato nell’articolo. Ad ogni modo è una cosa da valutare pianta per pianta.

      • Andrea25 Maggio 2018 al 11:09

        Buongiorno Matteo,

        innanzitutto grazie della risposta.
        Il fatto è che si sviluppano simili a dei cespugli con ramificazioni che partono dalla base della pianta con i frutti che toccano per terra. Mi sembra quasi che arrivino ad essere incontrollati con frutti all’ombra e ramificazioni infinite che portano i rami a cadere dal peso. Tu consiglieresti comunque di sorreggerli in qualche modo senza potare oltre la sfemminatura?
        Grazie ancora e buona giornata.
        Andrea

        • Matteo Cereda25 Maggio 2018 al 14:42

          Dipende, senza vedere la pianta non saprei dirti.

  32. Romano1 Giugno 2018 al 23:55

    Buonasera Matteo.
    Ho messo in dimora 40 piantine di pomodoro circa 15 giorni fa. L’altezza delle piantine è di circa 20/25 centimetri. Noto che in tre o quattro piantine già sta nascendo il frutto. Cosa faccio? Lascio il frutto crescere o lo tolgo distribuendo la crescita della piantina in tutte le sue parti?. Grazie in anticipo per la tua cordiale risposa.

    • Matteo Cereda4 Giugno 2018 al 11:55

      La fioritura prematura si verifica in genere in condizioni di stress per la pianta (troppo caldo, troppa poca acqua o altri problemi del genere). Per prima cosa bisogna verificare ed evitare che la sofferenza si verifichi di nuovo. A parte questo io non toglierei i frutti.

  33. Diego2 Giugno 2018 al 16:23

    Buonasera. Ho trapiantato le piantine di pomodori e tutti mi dicono di mettere lo zolfo io invece vorrei evitare di aggiungere sostanze del genere e tenermi su una linea più biologica possibile. Come mai i più ” esperti” vicini hanno questa abitudine? Sarà prevenzione ma io sono contrario. Ho messo a dimora 26 piantine e non vorrei sprecare tutto. Chiedo alcuni consigli in merito. Dal vostro articolo credo si ricorre a tecniche biologiche solo qualora si presentano malattie vero?

    • Matteo Cereda4 Giugno 2018 al 11:54

      Lo zolfo come il rame è un ottimo anticrittogamico, consentito dal metodo biologico. Si può usare per prevenire o per contrastare problemi in essere. Non è sbagliato l’uso dei trattamenti come prevenzione, anche se è bene limitarli il più possibile. Questo significa trattare solo quando le condizioni climatiche (umidità e temperature) sono molto favorevoli alla formazione di malattie. Evitare ogni trattamento è possibile ma dipende dal metodo colturale, in particolare dalla gestione del suolo. Un suolo sano e un ecosistema stabile è già di per sé un metodo di prevenzione naturale. In agricoltura biodinamica ad esempio il rame viene usato solo in casi di emergenza, quasi mai nell’orto.

  34. Diego5 Giugno 2018 al 11:44

    Grazie delle preziose informazioni, con i vostri consigli al mio primo anno sta venendo su un bel orto. Saluti.

  35. Lucia10 Settembre 2018 al 9:14

    Buongiorno, grazie mille per i preziosi consigli. Premesso che sono una coltivatrice alle prime armi, e che la cosa mi piace molto, se posso vorrei sottoporvi una domanda. Nel mio piccolo orticello quest’anno ho voluto mettere il pomodoro cuore di bue, Ho seguito tutte le indicazioni dalla semina al trapianto. Le piante sono cresciute rigogliose, ma tutti i fiori sono andati perduti. Ogni singolo fiore si è seccato nel punto in cui una volta sbocciato si piega verso il basso. Potete aiutarmi a capire il perchè? Grazie in anticipo. Lucia

    • Matteo Cereda10 Settembre 2018 al 11:10

      Ciao Lucia, le spiegazioni sono varie, per cui difficile aiutarti sapendo così poco di cui hai coltivato. La prima spiegazione possibile è il clima: ad esempio troppo freddo può danneggiare irrimediabilmente i fiori e farli cadere.

  36. Maurizio castorina17 Febbraio 2020 al 14:11

    Articolo veramente interessante.
    Sto provando a coltivare in vasi dei pomodori Dove vivo, Singapore.
    Essendo qui un clima equatoriale può funzionare o e troppo umido ?
    Sono partito dai semi e ora Ho 24 belle piantine.
    Quando inizieranno a fare frutti? Quante volte?
    Merci

    • Matteo Cereda17 Febbraio 2020 al 14:40

      Ciao Maurizio, non conosco il clima di Singapore e neppure so quali varietà di pomodoro hai seminato, quindi purtroppo non sono in grado di risponderti. A mio parere un clima equatoriale può essere positivo, l’umidità in eccesso può favorire le malattie fungine, per cui saranno importanti alcuni accorgimenti, in primis garantire buon drenaggio al terreno, circolo d’aria, ottima illuminazione solare.

  37. Maurizio castorina17 Febbraio 2020 al 16:14

    Grazie per il feedback
    Ho piantato ciliegino.
    Per il clima qui non ci sono stagioni
    Si va dai 25 ai 35 C tutto L anno

    Maurizio

    • Matteo Cereda18 Febbraio 2020 al 8:40

      Probabilmente puoi coltivare pomodori senza grossi problemi, ma non conosco le peculiarità climatiche, non resta che provare.

  38. domenico25 Febbraio 2020 al 10:59

    Salve, ho messo dei semi di pomodori su uno Scottex bagnato dentro una scatola di plastica, sono nate le piantine e le ho messe nei cubetti di terra. Se volessi rispettare la luna va rispettata sia al momento che metto i semi sullo Scottex, Sìa al momento che metto i semi nei cubetti di terra così come nel momento in cui metterò a dimora nell’orto le piantine?

    • Matteo Cereda26 Febbraio 2020 al 8:20

      Ciao Domenico, essendo una persona molto scettica rispetto al discorso luna non posso risponderti con cognizione di causa. In genere si guarda il momento di semina su scottex, ma in un contesto dove non esiste una prova scientifica si può affermare tutto e il contrario di tutto. Io ti dico la verità: semino guardando il clima e soprattutto i miei impegni.

  39. filippo7 Maggio 2020 al 10:47

    un argomento molto interessante tante cose che non sapevo grazie di cuore x me che non capisco tanto di giardinaggio

  40. Stefano24 Maggio 2020 al 20:53

    Buona sera a tutti
    Sono un novello, è il mio primo orto e vorrei chiedere come mai le foglie in cima del pomodoro cuore di bue si piegano verso il basso fino ad arrotolarsi su loro stesse

    • Matteo Cereda26 Maggio 2020 al 15:19

      Difficile dire senza vedere. Sarebbe da sapere se ingialliscono o seccano o se si limitano ad arricciare. Verifica che non sia dovuto a insetti che punzecchiano (gli afidi si nascondono spesso sotto la pagina della foglia). Poi può essere anche sintomo di stress idrico.

  41. John18 Agosto 2020 al 22:38

    buongiorno
    io ho trapiantato delle piante di pomodoro il 1 agosto prese in vivaio gia molto alte e le ho prese per fare esperienza volevo chiederle se entro inverno la pianta fara dei pomodori le piante sono gia il doppio da quando le ho trapiantate e ho visto che sta inziando a fare i fiori

    • Matteo Cereda23 Agosto 2020 al 15:53

      Ciao Giovanni, non conosco il tuo clima ma con l’arrivo dell’inverno la pianta tendenzialmente finisce di fiorire e il freddo arriva a ucciderla. I pomodori non sopportano temperature sotto ai 12 gradi.

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment vos données sont traitées.


Vidéo: culture tomates de a à z veg mpeg4 HD