Agriculture biologique: comment et pourquoi le faire

Agriculture biologique: comment et pourquoi le faire

L'agriculture biologique est une méthode de culture qui fait référence à la nature, refusant l'utilisation de produits obtenus par synthèse chimique.

La méthode biologique était nécessaire car l'agriculture conventionnelle commençait à développer une série de produits capables d'aider les agriculteurs mais avec de lourdes répercussions sur l'environnement: herbicides, engrais, produits phytosanitaires, pesticides et fongicides. Beaucoup d'entre eux sont des composés dérivés du pétrole et des substances censées tuer les micro-organismes, les plantes, les spores ou les insectes. Les conséquences de cette agriculture industrielle sont dévastatrices, tant en termes d'impact environnemental que pour les effets sur la santé humaine et animale.

L'utilisation imprudente de ces traitements s'est avérée néfaste à la fois pour l'environnement et pour l'homme, c'est pourquoi de plus en plus de producteurs ont décidé d'adopter une philosophie différente en revenant à des méthodes plus naturelles et respectueuses de l'environnement. Cultiver avec une méthode biologique, c'est prendre soin du sol et des différentes ressources naturelles, d'abord l'eau et l'air, en évitant une exploitation excessive.

En agriculture biologique, seuls des produits biologiques sont utilisés, mais surtout l'objectif est de recréer un environnement équilibré et fertile, qui, grâce à la biodiversité et à la présence d'organismes et de micro-organismes utiles, peut être idéal pour le développement des plantes.

Ceux qui cultivent le potager pour la consommation familiale ont de nombreuses raisons de choisir une méthode de culture biologique: tout d'abord, il faut savoir que l'utilisation de substances nocives comme le glyphosate tombe directement sur ceux qui mangent les légumes et surtout sur ceux qui les cultivent. Si des pesticides toxiques ou des herbicides sont utilisés dans le jardin, la personne qui y travaille paie en premier, car elle passe beaucoup de temps au contact des plantes traitées.

Deuxièmement, les traitements chimiques sont souvent systémiques: ce sont des poisons qui pénètrent dans les tissus de la plante, ne peuvent pas être emportés. Si vous souhaitez produire vous-même des légumes sains, vous ne pouvez certainement pas les traiter avec des substances de ce type.

Pour cette raison, ceux qui se soucient de leur santé et de celle des membres de leur famille ne peuvent s'empêcher de choisir de cultiver le potager de manière biologique.

Quelques règles pour la culture biologique du potager:

  • N'utilisez que des engrais d'origine naturelle: le fumier et le compost, par exemple, sont une excellente solution d'engrais organique.
  • N'utilisez pas de pesticides chimiques ou de fongicides. L'adversité peut être contrée avec des macérats de légumes auto-produits, sinon lorsque vous choisissez d'acheter un insecticide, vous pouvez vérifier sur l'emballage qu'il est autorisé dans le bio.
  • Utilisez des semences et des plants certifiés biologiques. Ceux qui cultivent peuvent également décider de conserver leurs graines d'une année à l'autre. Si vous souhaitez acheter des semences, vous pouvez également trouver des semences certifiées en ligne (par exemple ici).

Les pierres angulaires d'une culture biologique

Le premier point fondamental qui caractérise la culture biologique estfaites attention à la fertilité du sol, qui doit être entretenu avec un traitement et une fertilisation appropriés. Le principe est d'observer ce qui se passe dans la nature, de le reproduire dans votre jardin: dans la forêt les feuilles tombent et restent sur le sol l'enrichissant, de la même manière cela doit être fait avec le compostage par l'agriculteur. Pour éviter de tuer les micro-organismes utiles présents dans le sol, il faut essayer d'éviter le renversement des mottes, en se limitant à un processus qui se brise et se déplace.

Le sol doit non seulement être riche en nutriments mais aussi bien structuré et drainant: un une bonne gestion des terres c'est la meilleure prévention contre les maladies fongiques.

Une autre pierre angulaire est la la biodiversité: une richesse de plantes et de formes de vie différentes crée un écosystème stable, dans lequel les parasites prolifèrent à peine. La monoculture, en revanche, attire inévitablement les pathologies et les insectes prédateurs de la culture effectuée.

choix de variétés pour semer, il faut favoriser ceux qui résistent à l'adversité, il est souvent utile de redécouvrir les légumes anciens, cultivés alors qu'il n'y avait pas d'insecticides ni de fongicides disponibles. le consociations et le rotation des cultures sont deux autres pratiques importantes pour garder le jardin fertile et chasser toute adversité.

Lorsque l'environnement est sain, les plantes tombent rarement malades, mais certains problèmes surviennent toujours. Pour cela, il y a des dieux traitements d'origine naturelle autorisé en agriculture biologique.

Les produits les plus sains et les plus naturels sont les macérats de légumes qui peuvent être autoproduits directement par le producteur. Ils sont généralement moins efficaces que les insecticides sur le marché, mais s'ils sont utilisés rapidement, ils peuvent toujours protéger les cultures. Ensuite, il y a les insecticides biologiques: par exemple pyrèthre, huile de neem, bacillus thuringiensis, Spinosad. Même contre les maladies, il y a traitements fongicides permis par bio: le cuivre et le soufre sont les substances les plus utilisées à cet effet.

La défense biologique comprend également d'autres techniques, telles que la capture de parasites par des pièges alimentaires ou sexuels, l'utilisation d'insectes bénéfiques et de micro-organismes (spores ou bactéries entomopathogènes).

La certification biologique

L'agriculture biologique est formellement réglementée par la législation, les lignes directrices de base se trouvent dans les règlements (CE) numéro 834/2007, numéro 889/2008 et numéro 271/2010. Ces lois établissent quand il est possible de s'appeler «agriculteurs bio» et quels critères doivent être respectés, même l'utilisation du logo bio (la feuille faite d'étoiles sur un champ vert) est liée par ces règles. Pour être biologique selon la loi, une culture doit être certifiée par les organismes de contrôle autorisés.

La problématique de la certification concerne les exploitations professionnelles: aujourd'hui l'intérêt pour les fruits et légumes cultivés selon des méthodes naturelles ne cesse de croître et la problématique du bio dans le secteur alimentaire est également devenue un facteur commercial.

Ceux qui cultivent le jardin familial avec des méthodes biologiques n'ont pas à se soucier de la certification de la terre, mais s'ils veulent être cohérents, ils doivent quand même s'assurer que chaque produit qu'ils utilisent est autorisé par la méthode biologique.

Un pas plus loin que le bio

S'il est vrai que l'agriculture biologique est une garantie par rapport à la culture conventionnelle, il existe encore des produits autorisés qui présentent un certain degré de toxicité. Parmi les insecticides, par exemple, le pyrèthre doit être utilisé avec précaution: il peut tuer les abeilles et autres insectes utiles et s'il se retrouve dans l'eau, il peut causer des problèmes aux poissons. Le cuivre et le soufre utilisés pour le traitement des maladies s'ils sont utilisés en quantité restent dans le sol et présentent une phytotoxicité.

Il existe des méthodes de culture alternatives qui ont des pratiques plus restrictives que le bio classique, par exemple en agriculture biodynamique nous essayons d'éviter totalement d'utiliser des poisons.

Sans être fondamentalistes, il faut garder à l'esprit que le fait qu'un traitement soit autorisé en agriculture biologique ne garantit pas qu'il soit exempt de conséquences pour l'environnement et la santé.


Vidéo: Agriculture, pesticides et santé: comment devient-on? Le bio cest cher?