L'utilisation du cuivre en agriculture et ses risques

L'utilisation du cuivre en agriculture et ses risques

Les produits chimiques à base de cuivre sont utilisés en agriculture depuis de nombreuses années pour lutter contre les maladies fongiques des plantes. Ils sont efficaces sur un large spectre, c'est-à-dire qu'ils affectent de nombreux types de champignons sans discernement.

Le cuivre est également un micronutriment pour les plantes et, s'il est absorbé en trop grande quantité, il est toxique pour les plantes. C'est pourquoi les traitements à base de cuivre doivent être calibrés avec la quantité minimale efficace contre la maladie, le plus souvent de manière préventive.

Même s'il s'agit de traitements autorisés par l'agriculture biologique, ils ne sont pas exempts de contre-indications, à tel point que la Commission européenne a inclus les produits phytopharmaceutiques cuivriques parmi les substances à remplacer, finançant le programme d'études Après-Cu afin de trouver des alternatives valables.

Le fait que le cuivre soit autorisé par la méthode biologique peut amener beaucoup à penser de bonne foi qu'il n'entraîne pas de risques pour l'environnement: c'est un mythe qu'il faut dissiper. Certes, les règles de l'agriculture biologique garantissent une plus grande protection écologique par rapport à l'agriculture traditionnelle, où des produits bien pires que le cuivre sont autorisés et utilisés. Cependant, il faut être prudent car même les produits d'origine naturelle (minéral dans le cas du cuivre) peuvent avoir des répercussions négatives lorsqu'ils sont maltraités.

Introduction à la méthode

Un scientifique passe des jours et des nuits entiers de sa vie penché sur un livre, au point de devenir myope. Quand quelqu'un lui demande alors: "qu'avez-vous étudié toute votre vie", il répondra: "je cherchais un remède contre la myopie".

Cette hyperbole de Masanobu Fukuoka, père de l'agriculture naturelle, nous met en garde contre un trop grand recours à la science dans l'étude de la nature et de l'agriculture. Le risque que ceux qui vont trop loin dans un sujet se perdent dans les détails, les étudient très attentivement, mais perdent la vue d'ensemble. De cette manière, l'agriculture industrielle a souvent trouvé des solutions assez immédiates aux problèmes, ne tenant pas compte de certains facteurs, développant ainsi des remèdes qui ne sont pas efficaces à long terme. En outre, il faut toujours garder à l'esprit que, comme dans tout secteur économique, même dans l'agriculture, il y a des entrepreneurs qui choisissent la voie du gain immédiat, au détriment des effets environnementaux et de ce qui se passera dans un avenir proche.

Cette prémisse est applicable à l'agriculture en général, nous allons aujourd'hui approfondir l'une d'entre elles: l'utilisation du cuivre pour lutter contre les maladies fongiques. Il s'agit d'un cas classique dans lequel vous ne combattez pas souvent une maladie, mais bloquez un symptôme. La maladie n'est pas de la plante, qui oui, elle est infestée d'un parasite, mais c'est la maladie d'un écosystème agricole qui a des carences. Il se peut qu'il manque de biodiversité, de matière organique dans le sol, de capacité des plantes à absorber des substances, manque de microorganismes du sol. Les causes de ce point de vue sont les plus variées. Le plus important est de prendre soin de tout l'environnement agricole, ce n'est qu'ainsi que la plante que nous voulons cultiver sera en bonne santé. Plus on s'éloigne de ce point de vue, plus la science à courte vue devient.

Un peu d'histoire

La première utilisation des sulfates de cuivre en agriculture remonte à 1761 quand on découvrit que le trempage des graines dans une solution faible de sulfates de cuivre inhibait les maladies fongiques véhiculées par les graines elles-mêmes. À partir du début du XIXe siècle, le traitement des grains de céréales avec des sulfates de cuivre et le séchage ultérieur à la chaux sont devenus une pratique courante pour éviter la formation de moisissures au stockage.

La plus grande percée pour les sels de cuivre a sans aucun doute eu lieu en 1880 lorsque le scientifique français Millardet, tout en cherchant un remède dans la vigne pour le mildiou, a accidentellement remarqué qu'une boue de sulfates de cuivre, de chaux et d'eau, le rendait peu appétissant. les raisins aux passants ont rendu les plantes immunisées contre les maladies. C'est la naissance de la «bouillie bordelaise», qui tire son nom du quartier français de Bordeaux, et qui est encore aujourd'hui l'un des fongicides les plus utilisés en agriculture.

Effets et risques

L'utilisation la plus efficace de ces produits est devis c'est à faibles doses. Par exemple, si nous sommes à la fin de la période hivernale, il fait très humide et l'année dernière il y a eu une infestation dans notre verger ou notre vignoble, il est possible de pulvériser un peu de produit sur les plantes. En biodynamie, l'utilisation de produits cuivriques n'est autorisée que pour les cultures pérennes jusqu'à un maximum de 3 kg de cuivre métallique par hectare et par an, de préférence en utilisant moins de 500 gr./ha par traitement.

Pulvériser de grandes quantités de produit alors que l'infestation a déjà commencé et pendant la période végétative pourrait faire plus de mal que de bien à long terme. Dans ce cas, comme nous l'avons vu, le symptôme peut être bloqué, mais les sulfates de cuivre se retrouveront sur tout le milieu environnant et se déposeront sur le sol. Ils modifieront l'écosystème. Si important pour toutes nos cultures. Les relations symbiotiques entre les systèmes racinaires des plantes et des microorganismes pourraient diminuer, conduisant ainsi à une carence dans l'absorption des nutriments. En frappant les micro-organismes, la qualité de la décomposition de la substance organique diminuera également et globalement nous aurons des plantes plus faibles.

Le risque est aussi de favoriser le développement de résistances d'agents pathogènes aux traitements, tout comme l'excès d'antibiotiques sur le corps humain.
La pression environnementale qui est mise en œuvre sur l'écosystème avec les traitements favorisera l'adaptation des microorganismes qui présentent des mutations favorables à résister. Ce processus est déjà en cours: certaines maladies résistent de plus en plus à l'utilisation des sulfates de cuivre, notamment dans le secteur du vin, où l'utilisation de ces produits dure depuis 130 ans.

Les pratiques agricoles imprudentes réagissent à la résistance accrue des agents pathogènes avec l'utilisation accrue de produits cuivriques, déclenchant un tourbillon dangereux de dégradation de l'environnement.

Concernant le développement de la résistance, un autre point a été soulevé par le Dr Stefania Tegli, chercheuse au Département de la production agroalimentaire et des sciences de l'environnement de l'Université de Florence: "Le cuivre provoque une augmentation alarmante, dans la microflore des agroécosystèmes, du pourcentage de bactéries résistantes aux antibiotiques, qui finissent par constituer une sorte de réservoir de gènes de résistance aux antibiotiques. Ces gènes sont présents sur des éléments mobiles de leur génome, les plasmides, qui peuvent également être facilement transmis aux bactéries pathogènes de l'homme et de l'animal, les rendant ainsi à leur tour résistants aux antibiotiques et annulant efficacement leur action prophylactique et thérapeutique en médecine humaine. et vétérinaire”.

Alternatives à l'utilisation du cuivre en agriculture

Pour la prévention des maladies, il est nécessaire d'opérer en favorisant la richesse et la stabilité de l'écosystème. De ce point de vue, l'agriculture biodynamique donne de nombreux conseils utiles. Concrètement, pour réduire les maladies fongiques, la qualité du sol est essentielle: un sol mature est bien drainé aide déjà beaucoup à la prévention. Ceci est réalisé en évitant le travail du sol, l'utilisation de véhicules lourds et le désherbage, sans utiliser de pesticides et autres produits synthétiques (y compris le cuivre, ne serait-ce qu'en grande quantité).

Une bonne fertilisation favorise également le développement d'une bonne sève, ce qui se traduit par des tissus végétaux sains et résistants, moins vulnérables au développement de maladies. Au contraire, un excès d'azote, par exemple, oblige la croissance de plantes aux tissus moins résistants. De ce point de vue, les fertilisations biodynamiques ou naturelles sont généralement plus équilibrées pour la plante (un article à approfondir: la bonne nutrition des plantes en biodynamie). Même la taille doit être contenue mais en réussissant à aérer le feuillage des plantes. En revanche, l'ombrage et l'humidité favoriseront le développement de maladies.

Enfin, une dernière considération souvent sous-estimée. Si les plantes tombent malades, ce n'est peut-être pas la bonne culture pour cet endroit. Il faut respecter la vocation du territoire et cultiver les variétés et cultivars les plus adaptés au climat et à ce sol. Je comprends que la vigne est rentable mais la recherche du profit a déjà fait beaucoup de dégâts en agriculture.

Personnellement je crois que ces précautions peuvent être suffisantes, mais elles n'étaient pas suffisantes, il existe quelques fongicides naturels recommandés par l'agriculture biodynamique comme le bentotamnio (poussière de diverses roches), la propolis, la décoction de prêle, les huiles essentielles de citron et de pamplemousse, le bicarbonate de potassium . Dernier point mais non des moindres, l'utilisation de micro-organismes efficaces, une combinaison de microbes du sol qui favorisent les processus de régénération du sol en alimentant le cycle des nutriments, en favorisant la production de vitamines, d'hormones et d'enzymes.

Dans les cultures où les produits cuivriques sont massivement utilisés, les dosages et le nombre de traitements peuvent être progressivement réduits si toutes les bonnes pratiques préventives que nous avons constatées sont mises en œuvre. De cette façon, il sera possible de réduire les traitements jusqu'à ces deux hivers, à de faibles doses qui sont peut-être nécessaires pour certains types de cultures de grande importance économique sur nos terres.


Vidéo: LINQUIÉTANTE DÉGRADATION DES SOLS ET SES CONSÉQUENCES