Insectes et prédateurs de figues

Insectes et prédateurs de figues

La figue fait partie des espèces fruitières les plus résistantes et les plus rustiques et pour cette raison elle se prête très bien à la culture biologique, nécessitant peu de fertilisation et des traitements sporadiques, uniquement lorsque le besoin est constaté.

S'il est rare qu'un figuier tombe malade ou risque d'être compromis par des parasites, quand cela arrive on peut intervenir avec des méthodes et des moyens écologiques inoffensifs pour l'environnement, toujours dans un verger biologique.

Il arrive que la nature sucrée des fruits attire les prédateurs tels que les oiseaux ou les insectes, par exemple les guêpes et les frelons, particulièrement désagréable si la figue est dans le jardin. Voyons donc ci-dessous quels sont les principaux parasites et insectes et quelles solutions choisir pour défendre le figuier.

Des oiseaux

Quand les figues mûrissent, elles sont très attrayantes pour les oiseaux tels que les merles et les étourneaux, qui les mangent par picots.

Il n'est pas facile d'éliminer les oiseaux avec des méthodes naturelles car les moyens de dissuasion visuels tels que les épouvantails, les ballons terrifiants, les cd roms ou les bandes d'aluminium enroulées autour des branches ont un effet limité dans le temps. Les oiseaux se rendent vite compte que ce sont des menaces inoffensives et continuent à se nourrir de figues.

Dans certains cas, les oiseaux mangent le fruit plus par soif que par faim et il est alors préférable de préparer des abreuvoirs remplis d'eau dans le jardin ou le verger, surtout si la période est sèche. De cette façon, les oiseaux trouveront au moins une source alternative d'abreuvement et attaqueront peut-être moins de figues.

Insectes

Outre les oiseaux, certains insectes peuvent nuire à la culture de la figue, en particulier les guêpes et les frelons sont attirés par les fruits, tandis que la plante est sujette à l'infestation par le charançon noir et la cochenille.

Guêpes et frelons

Les guêpes et les frelons sont des insectes plutôt agressifs, lorsque la figue produit ses fruits sucrés, elle finit par attirer beaucoup de ces insectes. Les dégâts qu'ils provoquent ne sont pas tant liés à l'attaque du fruit, qu'au risque de piqûres pour ceux qui vivent dans le jardin ou travaillent dans le verger, ce qui est particulièrement dangereux pour les personnes allergiques.

Pour réduire la présence de guêpes et de frelons avec des méthodes biologiques, il est nécessaire de recourir à des pièges alimentaires de type Tap Trap ou Vaso Trap qui ont un effet de capture de masse. Une attention fondamentale est d'installer les pièges dès le printemps, lorsque les insectes sortent de l'hivernage et commencent à se reproduire. En effet, au printemps, les reines commencent leur ponte et leur capture avant cette phase pourrait conduire à une réduction significative de leur présence. Ces pièges ont un couvercle jaune, une couleur qui attire les insectes, cela augmente l'efficacité de l'appât.

Les pièges doivent être suspendus aux arbres jusqu'à ce que les figues mûrissent afin qu'elles continuent à capturer les guêpes et les frelons tout au long de la saison estivale. N'oubliez pas de renouveler l'appât au moins toutes les deux semaines, en vidant son contenu et en le restaurant, afin qu'il soit toujours attrayant. Négliger cet entretien serait préjudiciable à l'efficacité des pièges car trop d'insectes morts s'y accumuleraient, ce qui pourrirait dégagerait une mauvaise odeur, avec un effet répulsif sur les frelons vivants.

Les appâts pour attraper les guêpes et les frelons sont principalement composés de substances sucrées, les recettes d'appâts sont simples et sont auto-produites avec des ingrédients simples. Par exemple, on peut mélanger 1/2 litre d'eau, 3 cuillères à soupe de sucre, un verre de vinaigre de vin rouge.

Alène noire

Le charançon noir est une espèce d'origine lointaine, absente de nos milieux jusqu'à il y a quelques années. Cet insecte a commencé sa propagation vers 2005, d'abord en Ligurie puis aussi en Toscane et continue de se propager dans d'autres régions. Il n'a pas encore d'antagonistes spécifiques et il se propage sans être dérangé, mais l'espoir est que lentement la recherche identifiera au moins une espèce avec laquelle commencer le combat biologique.

Le charançon noir est équipé d'un rostre, un organe avant en forme de bec, avec lequel il creuse des tunnels à la base de la plante, dans la zone du collet. À l'intérieur de ces galeries, il pond alors des œufs d'où naissent d'autres spécimens, qui continueront à endommager le bois. Le poinçon attaque également les fruits, les faisant pourrir. Dans les cas les plus graves, la plante se flétrit car l'insecte compromet ses vaisseaux internes et doit malheureusement être tuée.

Reconnaître la présence d'un poinçon noir. Il n'arrive pas souvent que le figuier souffre de sécheresse, étant une espèce résistante à l'aride, donc si vous remarquez une figue flétrie, vous devez aller observer sa base car la cause pourrait être précisément le charançon. Dans les cas moins graves, il est encore possible d'intervenir en traitant au vert cuivré à la base de la plante, pour désinfecter les plaies et la sauver. On peut aussi essayer de faire des traitements avec le champignon entomopathogène Beauveria bassiana, et c'est une méthode de défense particulièrement écologique.

Cochenilles

La figue cochenille, également appelée céroplaste, affecte en fait non seulement le figuier mais aussi diverses espèces de plantes, étant plutôt polyphage. Son corps est protégé par un bouclier rigide blanc-rose chez les femelles, gris chez les mâles. En plus de cette espèce, d'autres cochenilles (comme la moitié du poivre ou du cotonnier) peuvent s'installer sur le figuier.

le dommage que les colonies de cochenilles provoquent la plante, c'est l'aspiration de la sève, en plus de la production de miellat collant qui favorise l'attaque des fumaggini ou d'autres champignons.

Chaque femelle de cet insecte peut produire jusqu'à 1500 œufs, mais heureusement, elle n'a qu'une génération par an. En juillet-août les cochenilles sont au stade des nymphes, c'est-à-dire des formes juvéniles encore sans bouclier rigide. Ce c'est le bon moment pour se battre, qui est plus simple et peut donc être réalisée efficacement avec des moyens et des produits écologiques.

Le moyen le plus inoffensif pour l'environnement est la pulvérisation de macérats de fougère, et si vous avez quelques plantes, nous pouvons nettoyer les branches et le tronc avec un brosse métallique ou avec du coton imbibé d'alcool. Si, en revanche, il existe de nombreuses plantes, des traitements aux huiles minérales peuvent être effectués. le huiles minérales ils sont en effet autorisés en agriculture biologique, mais ce sont toujours des produits dérivés du pétrole, phytotoxiques dans certains cas et potentiellement nocifs pour les acariens prédateurs (ceux qui s'attaquent aux tétranyques rouges et jaunes ou autres parasites), il est donc conseillé de lire attentivement les étiquettes et de les fabriquer utilisation prudente. De plus, sachez qu'il existe des huiles minérales pour les traitements d'hiver et des huiles minérales pour les traitements printemps-été, donc en fonction de la saison, vous devez choisir la bonne.


Vidéo: IX Le papillon aime les figues - les guépes et les mouches aussi 9 juillet 2017